Logements collectifs

6 maisons en bande – résidence Louis Mouillard à Lyon

Tags :

Il s’agit ici de la construction de 6 maisons individuelles en bande, sur un terrain déjà occupé par une résidence de 89 logements. Le maître d’ouvrage, la SACVL, souhaitait donc joindre au projet de construction neuve une opération de revalorisation du patrimoine. Outre ces maisons groupées, c’est in fine un projet de plus grande ampleur qui s’est mené. Ainsi, ravalement des façades, embellissement des parties communes, réaménagement du stationnement et des espaces verts attenant ont complété l’opération…

Logement social semi-collectif

Lyon (69)

2016-2020

SACVL

560 m²

1391500 € HT

conception et maîtrise d'oeuvre

En détail, les 6 nouvelles maisons groupées accueillent chacune un logement locatif social. La volumétrie globale s’appuie sur la représentation archétypale de la maison, avec ses toitures à pans. Ainsi, le découpage formé par les pignons qui s’enchaînent permet d’identifier chaque maison depuis la rue. Les redents formés par les terrasses à l’avant des maisons forment aussi une transition avec la pente de la rue. Elles participent donc également à ce découpage. Si chaque maison se voit ainsi clairement identifiée, l’enchaînement des pignons et l’unité de teinte et de matériaux affirment toutefois l’unité du projet.

D’un point de vue architectural, c’est un subtil jeu de contrastes qui distingue ce projet. D’un côté, le projet assume la sérialité : la répétition des cours et des entrées, les façades linéaires et très homogènes… Et d’un autre côté, il distingue les logements par les décrochés des cours en escalier, des pignons, des fenêtres variées aux étages.

Chacune de ces maisons groupées est un logement duplex, et comporte 4 pièces. Pour commencer, les rez-de-chaussée comportent les pièces de jour (cuisine, séjour, salon) et celliers. A chacune de leur extrémités, les logements s’ouvrent alors sur des espaces extérieurs. Six cours minérales servent ainsi d’espace d’accueil, de place de stationnement, et de mise à distance de la rue. Elles sont organisées en escalier, sans séparation physique entre elles, comme un espace semi privé/public. Cet espace « ouvert » favorise par conséquent l’échange. Il s’apparente ainsi à un espace public élargi et qualitatif sur la rue. A contrario, les jardins plantés à l’arrière sont eux privatifs, et plus intimistes. Enfin, les étages des maisons accueillent les pièces de nuit et salles de bains, à l’écart des pièces de jour.

Remerciements

SACVL maître d'ouvrage

Kévin Dolmaire photographe d'architecture

facilisis porta. id, efficitur. tristique felis luctus dolor